Comment j’ai sauvé mes cheveux de la casse…

Hello les amis ! Je voulais absolument vous faire cet article car depuis quelques temps, Ô miracle, mes cheveux ont arrêté de casser. Et j’ai ENFIN compris pourquoi, une vraie révolution, un soulagement parce que pour tout vous dire, ça commençait à sérieusement m’inquiéter !

Avoir une belle longueur mais des cheveux qui cassent sans arrêt ça fait mal au cœur… Et en réalité, on s’aperçoit très vite que nos objectifs de masse en parfaite santé + belle longueur sont impossibles à atteindre si nos cheveux cassent. On se retrouve donc à couper, encore et encore, sans comprendre pourquoi nos cheveux réagissent ainsi et surtout, comment stopper ce cercle infernal. Je pense qu’on a tous connu ce moment où quoiqu’on fasse, nos cheveux sont ternes, cassants, moches… Et c’est dans ce cas précis qu’un changement de routine s’impose !…

Pour ma part, c’est par pur hasard que j’ai fini par trouver la solution et par réaliser beaucoup de choses…

Petite précision importante : chaque cheveu est différent et ce qui fonctionne sur moi ne fonctionnera pas forcément sur tout le monde. Mais si vous avez à première vue la même nature de cheveux que moi, et/ou que vous vous reconnaissez dans mon témoignage, il est fort possible que mon expérience vous aide dans votre quête du cheveu content 😉

Petit point sur le silicone

Quand j’étais au silicone et aux produits chimiques je n’avais pas ce problème. Alors forcément, quand on a des couches de plastique sur les cheveux, ils sont en quelques sorte «protégés» (si je pouvais mettre 20 guillemets sur ce mot je le ferais haha). Protégés est une façon de parler bien sûr… mais disons que le silicone, chez moi du moins, empêchait mes cheveux de fourcher et de casser. En soi, le silicone n’est pas «mauvais» pour votre cheveu, il va juste mettre du plastique dessus. Mais si en dessous, votre cheveu n’a pas été malmené (j’entends par là par des lissages, de la chaleur type lisseur, boucleur, par des colo chimiques ou de la décoloration), eh bien une fois le silicone enlevé de vos cheveux, ces derniers ne seront pas en sale état. Loin de là. Ils brilleront juste d’un éclat plus naturel, c’est ce qui m’est arrivé puisqu’en dehors de soins siliconés, je ne faisais rien de mal à mes cheveux à l’époque ! (mais j’y reviendrai plus longuement dans un autre article sur «Tout ce qu’il faut savoir avant de passer au naturel» !).

En résumé, le silicone sur mes cheveux, c’était surtout un leurre, du fake total, de l’artificiel… du faux sur mes cheveux qui ne recevaient aucun soin valable, sans parler de mon cuir chevelu étouffé par les sulfates agressifs et le silicone que les fabricants vont jusqu’à mettre dans les shampoings ! L’illusion de la brillance et du démêlage facile… alors qu’en réalité si vous tentez un bon masque avec des huiles précieuses bah… ce sera comme de pisser dans un violon car le silicone empêchera tout soin de pénétrer dans votre fibre capillaire ! La tristesse ! Breeeeeef j’en viens au fait !

Quand j’ai arrêté tous ces produits chimiques plein de silicone, mes cheveux au départ étaient pas trop mal je dois dire. J’avais démarré par une colo végétale en plus, donc tout allait bien. Mes cheveux réagissaient plutôt bien aux soins, j’avais fait ma petite détox capillaire à base d’argile + lait de coco, j’utilisais un shampoing doux (le orange-coco brillance de Santé Naturkosmetik) et un après-shampoing bien costaud pour passer la transition en douceur (le lavande-avocat de John Masters Organics). Tout allait donc au mieux. Mais ça c’était avant que je me lance, comme à mon habitude, dans l’excès. C’est plus fort que moi, je suis comme ça pour tout… quand j’aime un truc c’est toujours dans l’excès. J’aime les brosses alors j’en ai une trentaine… hum. J’aime les bijoux talismans j’en ai des dizaines… J’aime un aliment je vais m’en gaver… toujours dans l’excès.

Alors quand j’ai commencé les soins au lait de coco et que j’ai vu que mes cheveux adoraient ça, je suis partie, évidemment, dans l’excès

Le premier constat de casse…

J’étais tellement à fond que j’en faisais 2 fois par semaine, je ne mettais plus aucune huile sur mes cheveux, j’avais décrété que le lait (ou la crème) de coco était mon meilleur ami, alors j’en usais et en abusais. Je pensais (à tort) que mes cheveux n’aimaient pas du tout l’huile, qu’ils n’étaient pas faits pour ça… Alors je ne faisais plus du tout de bain d’huile, uniquement des soins hydratants, que je laissais poser longtemps… Très longtemps, trop longtemps… J’usais et abusais du lait de coco, sans me douter un seul instant qu’il pouvait être nocif pour mes cheveux.

J’ai fini par voir que mes cheveux changeaient, et pas dans le bon sens… Je l’ai constaté d’abord sur les photos que je prenais, en plein soleil je voyais plein de petits cheveux cassés, la nuit avec le flash aussi, et sous une lumière au plafond, face au miroir, encore pire… Des dizaines de cheveux cassés. J’ai ensuite vu, après le brossage, que j’avais des morceaux de petits cheveux dans mon lavabo blanc. L’angoisse. Des dizaines de petites portions de cheveux, de 3 à 5 cm, qui tombaient dans le lavabo… Facile quand on est brune de les repérer. J’ai d’abord imputé ça au fait que ma transition capillaire du chimique vers le naturel était peut-être en train de se produire, que j’avais sûrement un effet boomerang… Ce qui évidemment me rendait un peu triste, parce que je soignais énormément mes cheveux, et tout ce que j’avais en résultat c’était des cheveux cassants… Je me suis dit qu’il devait forcément y avoir un problème quelque part…

J’en suis donc arrivée au point fatidique : la fatigue hygrale. Et quand on en arrive là, on a beau faire tout ce qu’on veut, le cheveu casse.

La «fatigue hygrale», kesako ?

Pour commencer, il faut savoir que les filles aux cheveux crépus sont vraiment, de mon point de vue, les plus expertes en matières de soins capillaires. En me baladant sur leurs blogs, j’ai pu constater à quel point elles avaient vu juste sur pas mal de choses, notamment en matière d’hydratation et de nutrition.

C’est en me baladant sur leurs blogs que j’ai vu pour la première fois ce terme de «fatigue hygrale», j’étais intriguée mais je ne me suis pas plus attardée que ça sur le sujet parce que je me disais que ça ne me concernait pas… Mmmmh… J’avais tort et j’allais le découvrir un peu trop tard… Si vous tapez «fatigue hygrale» sur Google, vous allez être surpris de voir ce qu’on découvre…

Je suis notamment tombée sur cet article très intéressant de « Miss petits produits ».

Malgré les écailles qui le protègent et le sébum qui l’entoure, le cheveu est perméable. En contact de l’eau, il est capable d’absorber près de 45% de son poids en eau. Sa longueur peut augmenter de 2% et son diamètre entre 15% et 20%. Ce phénomène de gonflement rend le cheveu moins résistant et donc plus sujet à la casse. Source: J cosmet sci, 52, 169-184 (May/June 2001)

Elle explique notamment que la fatigue hygrale est un affaiblissement de la fibre capillaire suite à un mouvement répétitif prolongé de contraction et de relâchement, causé par une surexposition à l’eau. Car le problème, c’est que le cheveu fonctionne comme un élastique, qui à force d’être tendu et détendu, finit par s’affaiblir car la porosité augmente, pour ensuite… casser. Car la pression qu’exerce l’eau sur le cheveu à chaque fois qu’il est mouillé, qu’il gonfle et qu’il se rétracte dès qu’il sèche, peut entraîner un épuisement du cheveu, des cassures, ou encore une augmentation de la porosité (des écailles ouvertes, un cheveu terne qui ne brille plus).

Moi qui abusais clairement des soins hydratants et qui ne mettais quasi plus aucune huile sur mes cheveux, j’ai commencé à me dire qu’il y avait peut-être en effet un souci de ce côté-là !… Puis je me suis penchée sur un autre potentiel problème…

L’ennemi insoupçonné

En parcourant tous ces blogs avec toutes ces infos super intéressantes, à la recherche de recettes pour stopper la casse, j’ai notamment découvert qu’un apport excessif de protéines va durcir le cheveu et le rendre sec et plus fragile, de sorte qu’il se cassera plus facilement…

Voilà l’idée :

Le cheveu est constitué à plus de 80% de protéines : la kératine. Les protéines vont donc avoir pour rôle de contribuer à «la force et à l’élasticité des cheveux». Ce type de soin va donc renforcer les cheveux crépus, très bouclés ou particulièrement abîmés et/ou traités chimiquement tels que les cheveux défrisés, colorés, méchés…

Les cheveux non traités chimiquement et dit «naturels» ou «en bonne santé» en ont également besoin, mais à moindre dose… Si vous êtes dans ce cas, un excès de soins protéinés va affaiblir vos cheveux et l’effet inverse va donc se produire : au lieu d’être renforcés, ils vont casser.

Je suis tombée sur cet article qui parlait d’une application répétée de lait de coco sur les cheveux… La jeune femme explique :

Dès que j’ai découvert à quel point mes cheveux étaient doux après un soin au lait de coco, je me suis mise à en faire dès que je pouvais (…). Mais, ce qui m’a interpellée était la manière dont mes cheveux étaient secs, ou je dirais plutôt devenaient très vite secs pendant la semaine. Alors qu’auparavant, je ne faisais pas autant de soins, mes cheveux supportaient tout de même de rester sans eau pendant au moins deux jours. Là je devais les hydrater tous les jours et ça ne semblait même ne pas être suffisant ! Comment se faisait-il que je fasse plus de soin et que mes cheveux soient plus secs ?

A force de recherches, elle explique que si les protéines sont nécessaires pour renforcer les cheveux et leur donner plus de résistance et de tonus, un trop plein de protéines va durcir les cheveux et les rendre très vite secs et cassants…

En cherchant une liste de soins maison contenant des protéines, j’ai trouvé : les oeufs (à noter que le blanc contient plus de protéine que le jaune), les produits laitiers (yaourt, crème fraîche, lait de coco), le lait de soja ou avoine, la mayonnaise, la banane, l’avocat…

J’ai donc fini par faire le lien entre protéines, lait de coco et applications répétées… C’était donc ça le problème, j’avais usé et abusé de ce lait de coco que j’aimais tant…

Pour vous donner un ordre d’idée, un cheveu sain qui n’a pas besoin d’être « sur-protéiné » se contentera d’un soin protéiné une fois par mois, voire une fois toutes les 6 semaines, tandis qu’un cheveu crépu/bouclé/abîmé/fragilisé pourra monter jusqu’à 3 fois par mois sans problème. Dans mon cas (et c’est peut-être le vôtre) une fois par mois voire moins me suffit largement (dommage de s’en apercevoir un peu tard…).

Prise de conscience

J’ai donc réalisé deux choses : j’avais abusé à la fois d’hydratation, en multipliant les soins gorgés d’eau ou d’actifs hydratants (j’ai donc épuisé mon cheveu à force de forcer sur la surexposition à l’eau), et j’avais abusé sur les soins au lait (ou crème) de coco…

L’autre versant du problème, c’est que je faisais mes soins n’importe comment, sans vraiment savoir ce que je faisais ni les conséquences que cela pouvait avoir sur mes cheveux. Et c’est un peu le risque quand on se lance dans le naturel. On veut tout tester, tout accumuler, on pense que c’est naturel et donc que nos cheveux vont juste apprécier tous ces soins et devenir de plus en plus beaux… Erreur. L’excès est une mauvaise chose dans tout, et j’aurais dû me douter que ce n’était pas une bonne idée de trop abuser (mais comme je le disais plus haut, c’est dans mon tempérament…).

Il faut savoir que la nourriture de notre cheveu, c’est le sébum ! Tout le monde vous le dit : bien brosser ses cheveux permet de faire descendre le sébum sur les longueurs et donc de nourrir son cheveu avec le meilleur ingrédient qui soit pour lui… Problème : quand on a les cheveux secs (et longs, qui plus est), le fameux sébum ne descend généralement pas assez bas (surtout si, comme moi, on a un cuir chevelu normal qui ne regraisse pas vite, donc pas beaucoup de sébum à la base !). Résultat, les cheveux n’ont clairement pas assez de gras, d’huile, à la manière du sébum. J’ai donc fini par découvrir qu’au lieu de blinder mes cheveux d’eau et de protéines et de les rendre cassants et fragiles, il valait mieux que je mise sur l’huile pour imiter le sébum et ainsi redonner souplesse, douceur et brillance à mes cheveux. Mais ça bien sûr je ne l’ai découvert qu’après mon expérience « involontaire ».

Car j’ai finalement eu la réponse à mon problème en tentant une expérience totalement inédite pour moi. Appliquer un soin huileux 2 fois par semaine pendant 2 mois. L’idée de base était de faire pousser mes cheveux plus vite, pas de m’occuper de mes longueurs. Mais j’en appliquais quand même sur les longueurs en me demandant si mes cheveux pourraient aimer cette huile-là, vu qu’ils me semblaient ne pas aimer les autres… Et au final, c’est pourtant mes longueurs qui ont fini par attirer mon attention, plus que ma pousse !… En appliquant le sérum de Blue Beautifly, shoppé chez SoNaturalBeauty, sur mes longueurs, deux fois par semaine toute la nuit, sans louper une seule application, j’ai commencé à voir une chose sacrément réjouissante se produire : adieu les bouts de cheveux cassés dans le lavabo, les cheveux qui cassent au passage de la brosse, les pointes ultra sèches. Mes cheveux n’avaient jamais été aussi doux et brillants, ils étaient soyeux et sur les photos, le résultat était flagrant. Je vous avais parlé de ce changement surprenant dans ce post sur Instagram :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Quand j’ai commencé ma cure @bluebeautifly de 2 mois, je ne m’attendais pas du tout à ce que mes cheveux raffolent autant de l’huile… à vrai dire je m’attendais à tout sauf à découvrir que j’allais désormais faire un bain d’huile avant quasi chaque shampoing ! Les résultats m’ont bluffée, je ne galère quasiment plus à démêler mes cheveux, ils sont nettement moins cassants (avant je voyais des bouts de cheveux tomber dans mon lavabo blanc ça me faisait mal au coeur…), et ils sont surtout beaucoup plus doux (avec également l’arrêt du sèche-cheveux, on voit vraiment la différence !). Désormais, ma routine est toujours la même : avant chaque shampoing je fais un bain d’huile que je laisse poser la nuit ou 2 à 3h minimum, je fais ensuite 2 shampoings puis j’applique un bon après shampoing que je malaxe bien sur mes longueurs pour bien les imprégner et je rince bien le tout. Je sèche mes cheveux dans 2 tee-shirts de sport absorbants, puis quand ils sont bien secs j’applique 3 gouttes de sérum capillaire. La semaine, je leur redonne une dose d’hydratation avec un simple hydrolat que je vaporise sur ma brosse avant de brosser mes cheveux puis toujours 3 gouttes de sérum. Ils restent toujours doux entre chaque shampoing et je peux repousser la prochaine coupe, c’est vraiment grâce aux bains d’huile réguliers et à ma technique d’hydratation à l’après-shampoing (que vous pouvez retrouver sur mon blog !) Bon dimanche les amis ! . #cheveux #routinecapillaire #cheveuxnaturels #longhair #hair #haircare #bluebeautifly #cheveuxlong #produitsnaturels #poussedescheveux #longhairdontcare #naturalhaircare #soindescheveux #hairlovers #shinyhair #naturel #rapunzel #hairstagram #blog #hairoftheday #soinsnaturels #baindhuile #oil #soinnaturel

Une publication partagée par LAUREN 💁 Inthehair (@lauren_inthehair) le

J’ai donc voulu retenter, d’une manière générale, l’huile sur mes cheveux… Et quelle n’a pas été ma surprise de constater que les effets plus que positifs s’accentuaient !…

Je venais d’ouvrir les yeux sur pas mal de choses après ce test en apparence anodin !

Mes solutions

Alors là les amis on attaque la partie des soins sauveurs. C’est pas très compliqué, ça ne demande pas mille choses à faire et ça allie surtout simplicité et efficacité.

> Le retour du bain d’huile

Pour commencer, j’ai donc arrêté de m’acharner à multiplier les soins hydratants uniquement. Comme je l’expliquais plus haut, j’ai compris qu’il fallait miser sur des huiles de bonne qualité. Et dans mon cas, ce sont les « mélanges » d’huiles et les sérums qui remportent la palme haut la main. L’huile de coco n’est pas forcément une réussite sur mon cheveu, et c’est le cas de beaucoup de cheveux. De même que certaines peaux réagissent super bien à l’huile de coco en tant que démaquillant, d’autres peaux, au contraire, vont bourgeonner, subissant ainsi le fameux effet « comédogène » qu’on impute souvent à cette huile…

Huiles anti casse cheveux Lauren Inthehair

Voici, ci-dessus, les huiles que j’utilise le plus pour soigner mes cheveux (les liens en gras sur les noms des produits -non affiliés- vous renvoient vers les pages produits si vous voulez en savoir plus sur leurs actions). Le fameux sérum de Blue Beautifly, qui coûte assez cher mais qui est, vous l’aurez compris, TRÈS efficace, les huiles revitalisante et tonifiante de Khadi, l’huile de chez Berthe Guilhem à base d’huile de neem, la synergie d’huiles de NoireOnaturel et enfin mes trois sérums favoris, celui à la rose de Less is more, celui d’Antonin B et enfin l’Oléosilk de Denovo (j’utilise ces 3 derniers plutôt en soin sans rinçage quotidien qu’en bain d’huile !). Alors bien sûr je ne vous dis pas qu’il faut toutes les acheter, moi j’alterne (et j’adore tester vous le savez, c’est bien pour ça que j’ai ouvert un blog 😉 ) mais rien ne vous oblige à en acheter autant évidemment, loin de là !… Le tout c’est de trouver ce qui vous plaît/convient le plus.

Si par exemple vous avez les cheveux fins, je vous conseille par exemple de tenter le Rose serum en soin quotidien sans rinçage, et la Khadi revitalisante en bain d’huile. Si au contraire vous avez les cheveux épais et/ou bouclés, le combo Sérum du désert d’Antonin B + Huile de NoireOnaturel sera plus adapté à vos besoins car plus riche.

> Les soins hydratants plus limités

Plutôt que de blinder mes cheveux d’hydratation avant le shampoing, comme j’avais tendance à trop souvent le faire avant (même si encore une fois pour certains cheveux ce n’est absolument pas un problème), j’ai limité mon hydratation à des doses moins fréquentes. Vous avez tout le détail de ma routine dans le post Instagram que j’ai intégré juste au-dessus, et qui se résume donc à :

1. bain d’huile non surchargé (donc pas dégoulinant) et appliqué des racines aux pointes (de 2h à une nuit)

2. Lavage shampoing (avec Douceur de Miel de Ballot Flurin, Hydrating de Calia ou Orange Coco de Santé) + après shampoing (avec Split End Mender de Siam Seas ou Purifying de Calia, ou la crème de la crème, le masque Omega 9 de Rahua, un petit bijou dont le prix me fait pleurer). J’applique mon après-shampoing d’une certaine manière pour maximiser à fond l’hydratation (je vous avais détaillé l’opération juste ici). Ainsi, je malaxe mes longueurs (sans les frotter mais plutôt en leur faisant un petit massage) pour bien faire pénétrer l’après-shampoing. Du coup, mes soins hydratants se font plus rares, mais quand je les fais, je les fais à fond !

3. Pré-séchage, non plus dans une serviette mais dans un tee shirt de sport absorbant (j’y reviens juste après)

4. Séchage à l’air libre dans l’idéal ou juste les racines sur air tiède si je suis pressée

5. Une fois secs et bien démêlés (j’utilise ma brosse en poils de sanglier pour brosser au fur et à mesure, cela permet également d’enlever un maximum d’humidité et donc d’accélérer le séchage !), j’applique 2 à 3 gouttes pas plus (en les répartissant bien sur mes paumes de mains que je passe ensuite dans mes cheveux) d’un des trois sérums cités plus haut (en général le Less is more que j’adore en ce moment car il ne m’alourdit jamais les cheveux, même si j’en mets un peu trop, la nuit mes cheveux boivent tout). Pour avoir testé plusieurs méthodes, je préfère appliquer mon sérum sur cheveux secs, pas humides. Je trouve l’effet alourdissant quand je fais ça… Comme si l’eau empêchait l’huile d’apporter ses bienfaits à mes cheveux et donc gâchait tout… C’est pas top en tout cas !

6. En revanche, le reste de la semaine, avant mon prochain shampoing, j’entretiens la balance hydratation / nutrition en coiffant simplement mes cheveux avec de l’hydrolat que j’applique directement sur la brosse (ma petite technique des familles que beaucoup d’entre vous ont adoptée d’ailleurs héhé !) puis je démêle tranquillement mes longueurs en partant bien des pointes et en remontant douuuucement jusqu’aux racines. Le brossage DOUX est essentiel pour ne pas casser les cheveux ! L’outil est également important mais j’y reviens juste après 😉 Enfin, j’applique là encore, une fois que mes cheveux sont bien secs, mon sérum à la rose de Less is more. Joie et bonheur. Mes cheveux sont à la fois hydratés et nourris sans excès, tout en légèreté et sans risque de les saturer et les faire casser. C’est vraiment ce qui complète super bien ma routine. Je termine par une coiffure protectrice la nuit (je vous en parle un peu plus bas).

► PRÉCISION ► Cela ne veut pas dire que je ne fais plus de soins aux poudres ou de soins hydratants en avant-shampoing (je fais notamment le soin aux poudres de Boutique Beauté Bien-être et toujours en avant-shampoing le masque Être de mèche de Propolia dont la compo est magnifique…), mais ils restent occasionnels car je modifie désormais rarement ma routine, voyant à quel point mes cheveux réagissent bien. Le mot PAR-CI-MO-NIE est désormais mon ami 😉

> La brosse adaptée

Trouver la bonne brosse est presque un parcours du combattant… Entre nous, j’ai tout essayé, mais vraiment tout ! Et définitivement, ce qui me casse le moins les cheveux, c’est la brosse mixte : mi nylon, mi poils de sanglier. Je ne suis pas du nylon car ce n’est pas une matière « kératine friendly » mais ce n’est pas la cata non plus. C’est surtout que les différents niveaux de poils entre le sanglier et le nylon permettent de démêler en douceur, sans casser.

Brosse en bois TEK Lauren Inthehair

Donc je commence toujours par démêler avec ma brosse mixte de chez Less is more, puis quand mes cheveux sont parfaitement démêlés, pour enlever l’éventuelle électricité statique, je me sers de ma brosse en bois TEK, qui est très large et très pratique pour démêler ma tignasse, mais il faut y aller très doucement car contrairement à ma brosse mixte, les poils de celle-ci sont rigides, donc il faut faire attention si on la passe trop vigoureusement, à ne pas casser ses cheveux. Parfois j’utilise ma Wet Brush, que j’aime également beaucoup pour un démêlage en douceur, surtout sur cheveux mouillés !

> Le tee-shirt de sport

Ça aussi, ça a été ma dernière petite révolution… Le fameux tee-shirt de sport pour pré-sécher mes cheveux. J’étais très fan de serviettes en bambou ou micro-fibres, mais figurez-vous que ô, miracle, un jour elles étaient toutes au sale donc j’ai simplement pris un de mes tee-shirts de sport (qui servent d’ailleurs plus à mes cheveux qu’à mon sport actuellement HAHA), et j’ai véritablement halluciné devant la différence de douceur de mes cheveux avec ce mode de séchage…

J’étais carrément bluffée pour le coup, et depuis, je ne fais plus autrement ! J’en utilise deux, le premier pour absorber le plus d’humidité, et le deuxième pour en absorber encore plus. Et quand on réfléchit, c’est logique en fait : les matières douces et très absorbantes des tee-shirts de sport (qui absorbent bien la sueur et sont douces pour éviter les irritations dues aux frottements), sont forcément optimales pour nos cheveux. Ça a été une sacrée découverte et vraiment, j’adore. Autre point important pour éviter la casse : je ne les essore pas comme une malade et je ne les tords pas dans la serviette, surtout pas !… Je les « pose » en les glissant simplement dans le col, je tourne très très légèrement et je rabats le tout à l’arrière (en vidéo ce serait plus parlant, je le reconnais… lol).

> La coiffure protectrice

La journée, j’avoue que j’ai tendance à (probablement trop) garder les cheveux détachés. J’ai les cheveux longs, autant en profiter… Et la moindre coiffure me fait très vite mal au crâne car le poids de mes cheveux me cause des migraines ! J’essaie quand même de les attacher dès que j’y pense (quand je mets mon manteau par exemple car là bonjour les frottements entre l’hiver, le sac à main, le totebag et compagnie…).

En revanche, depuis un peu plus d’un an, je recommence à faire des coiffures protectrices de nuit. Pendant un moment c’était n’importe quoi, je ne faisais plus rien et dormais sur mes cheveux… J’ai constaté que la casse et les fourches revenaient plus régulièrement… Donc la dernière fois que je suis allée chez mon coiffeur d’amour Artisan Végétal pour la coupe des pointes, j’ai repris les bonnes habitudes : rien de fifou, un simple chignon bas (je ne supporte pas les chignons hauts, là encore, migraine assurée au bout de 2 minutes!…) façon « escargot » (comme sur ma photo ci-dessous) et pas serré chaque soir avant d’aller dormir.

coiffure protectrice

Résultat, j’ai tenu quasi 6 mois sans avoir besoin d’aller chez le coiffeur, avec juste quelques fourches par-ci par-là mais rien à voir avec ce que j’avais avant… Idem pour la casse : la différence était flagrante, j’en avais beaucoup moins en faisant attention à ce point !

Voilà les amis, vous savez tout de ma routine et de mes petits secrets qui m’ont permis de stopper le massacre haha. Ça semble exagéré dit comme ça, mais mine de rien, quand on utilise les mauvais produits ou que l’on effectue les mauvais gestes, on peut très vite voir les dégâts et comme je le disais en introduction, faire autant d’efforts pour avoir de beaux cheveux et voir tout l’inverse de ce qu’on espère, ça ne fait pas franchement plaisir !

J’espère que ce -très long- article vous aura plu, j’ai mis plusieurs jours à le peaufiner car je voulais qu’il soit vraiment complet, si vous avez des questions comme d’habitude n’hésitez pas (c’est sur Instagram que je suis le plus active !), et en attendant le prochain article je vous souhaite à tous un excellent week-end !

A très vite 😉

Lauren

► Pour ne manquer aucun article, rejoignez-moi sur ma page Facebook Lauren Inthehair et sur mon compte Instagram !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !
19 Comments
  • Blandine
    mars 1, 2019

    Hey coucou! Je suis toujours étonnée de voir des gens ne plus aimer du tout les bains d’huiles ! C’est chouette si tu as trouvé la solution. Je pense que tout est dans un bon dosage entre hydratation et nutrition. Et tu as l’air de l’avoir trouver. (moi aussi je crois, sans avoir ta longueur).
    C’est bain d’huile 2 fois par mois et soins aux poudres de plantes 2 fois par mois. Hydratation en après shmp et durant la semaine. Bise. Blandine du blog http://www.lescarnetsdeblandine.com

    • Lauren
      avril 9, 2019

      Merci beaucoup ma belle !
      C’est exactement ça, une histoire de bon dosage et de bonnes huiles utilisées !… Durant la semaine tu réhydrates tes cheveux comment du coup ?

      Bisous ^^

      Lauren

  • Mena bree
    mars 2, 2019

    Merci encore pour tout c’est précieux conseils, tout nous est toujours bien détaillé et surtout tes recherches , tes test perso pourront toutes nous aider.

    • Lauren
      avril 9, 2019

      Merci beaucoup et mille mercis pour ton soutien sans failles ça me touche beaucoup 🙂

      Plein de bisous,

      Lauren

  • Une Veggie A Bordeaux
    mars 2, 2019

    Merci pour cet article ! J’ai bcp aimé !

    • Lauren
      avril 9, 2019

      Mille mercis c’est super gentil ^^

      Bises,

      Lauren

  • chamane
    mars 3, 2019

    effectivement, tout ce qui gaine le cheveu, que ce soit gras, gélose ou proteine a surtout pour effet d’ empêcher l’ eau de pénétrer dans la fibre capillaire et, effectivement la technique des quelques gouttes d’ huile sur cheveux humides se révèle plus adaptée
    pour ce qui est de remplacer les silicones, les quats ( en démêlant sans rinçage) sont excellents pour aider au démêlage, et nécessaires pour les chevelures frisées à crépues sans avoir d’ effet occlusif( gainant imperméable)

    • Lauren
      avril 9, 2019

      Oui complètement ! J’adore cette technique je vois une nette différence depuis que je fais ça 🙂

      Lauren

  • sanfo laetitia
    mars 3, 2019

    merci pour ce super article bien détaillé. Une question: après ton shampoing et ton après shampoing, tu ne mets plus d’aloe vera mélangé à la crème 2moss et scellée avec l’huile denovo?

    • Lauren
      avril 9, 2019

      Merci à toi ^^
      Si j’en mets parfois mais ça dépend, je fais au gré de mes envies et je fais attention à ne pas en mettre trop souvent pour ne pas fatiguer mes cheveux, mais la crème de Jour de 2Moss fait toujours partie de mes chouchous ^^
      Bisous

      Lauren

  • sanfo laetitia
    mars 4, 2019

    bonjour lauren, je voulais avoir ton avis car j’ai les cheveux fin et défrisés et je cherche la meilleure marque pour mes cheveux en complément de ce que j’ai déjà.
    Quel est pour toi la meilleure marque entre ruha, john master organics et christophe robin?

    • Lauren
      avril 9, 2019

      Coucou Letitia ^^^
      Désolée pour ma réponse tardive, j’ai pris du retard dans les commentaires !… Christophe Robin c’est du greenwashing lol ça n’a rien de naturel malheureusement… Rahua et JMO c’est ressemblant, mes cheveux aiment vraiment les deux… Rahua est peut-être un poil plus riche/nourrissant du coup peut-être que ça te conviendrait mieux 🙂
      Des bisous, merci d’être toujours là ça me touche beaucoup <3

      Lauren

  • MariamonlylovesEXO
    avril 5, 2019

    Bonjour, je m’appelle Mariam Ly j’ai 17ans. J’ai les cheveux crépus de type 4c j’ai découvert récemment que mes cheveux étaient de faible porosité. Avant de savoir cela, je pensais fermement que j’avais une forte porosité et donc j’ai fais beaucoup de masque protéiné. Là en ce moment mes cheveux sont abîmés a cause d’un abus de sur protéines et pas assez d’hydratation. N’ayant pas vraiment les moyens pour acheter des produits haut de gammes je me sers plus tôt de ce que j’ai a la maison. J’ai regardé dans l’Internet et la plupart des blogs que j’ai vu ont recommandé le bicarbonate de soude. j’ai alors utilisé ça. j’en ai utilisé 3fois en l’espace de 3semaines et aujourd’hui mes cheveux sont tellement rêches, ils ne sont plus élastique et ils sont devenus trop épais. je me suis dit aujourd’hui que j’allais appliqué du miel et ma pommade a aloe vera. Je me demande si je ne devrais pas les couper a ras parce que je suis fatigué de m’en. occuper. je veux juste utilisé des recettes fais maison. ça serait bien si vous me proposez des solution a mon problème ça dure plus de 3semaines que je galere. merci .

    • chamane
      avril 6, 2019

      je pense qu’ en fait de faible porosité, vos cheveux devaient avoir une saturation de gras  » lourds » venant des produits couramment employés par les chevelues type afro, et que la proteine par dessus ça…
      effectivement, ainsi décapés, vos cheveux retrouvent leur texture originale, at que l’ épaisseur vient surtout du fait qu’ allégés, ils se sont bien recrépés
      je vous recommande le shampoing doux sans sulfate, toutefois, mélangez une cuillère à café de yaourt à votre dose de shampoing
      pour du cheveu afro, il faut un aprés shampoing aux quats ( XXXium), mais sans silicone ( XXXcone ou XXXsioxane) pour démêler
      et bien sur, quelques gouttes d’ huile ( de table, ça le fait) dans les mains mouillées et passer sur les longueurs aprés la serviette pour sceller l’ hydratation
      le dernier rinçage à la solution à 10% de serum physiologique me parait également indiquée ( aprés l’ aprés shampoing)
      quant à vous tondre, ce serait un crime; les chevelures nappy sont tellement belles !!!

    • Lauren
      avril 9, 2019

      Coucou Mariam !
      Mince je comprends… Ce n’est pas facile mais il ne faut pas désespérer ! Le miel et le sirop d’agave sont de supers hydratants, je te conseille également de voir les conseils de filles au naturel aux cheveux crépus pour t’inspirer de leur routine, je pense notamment à Beautifulnaturelle (qui a un compte insta et une chaîne youtube) > https://www.youtube.com/user/NaturalBBdiamond/playlists
      Elle détaille sa routine adaptée et je pense qu’elle pourrait te convenir, ne coupe pas dans l’urgence ce serait dommage… Le miel me semble bien adapté, ainsi que l’arrêt de soins protéinés pour le moment et ne pas non plus abuser du bicarbonate qui en effet peut assécher… As-tu tenté les masques Garnier Hair Food ? Ils sont naturels et vendus dans le commerce, leur prix n’est pas élevé et les résultats tops apparemment : c’est le cas pour cette youtubeuse aux cheveux crépus qui en parle juste ici : https://www.youtube.com/watch?v=aq7ZUDh2dFo&t=5s

      N’hésite pas à me donner des nouvelles de tes cheveux ! 🙂

      Bon courage, bisous

      Lauren

  • Aimely Lovito
    avril 12, 2019

    De ma part j’ai sauvée mes cheveux qu’à travers un bon coiffeur que j’ai trouvée sur le site Al-coiffeur.fr au hasard pendant cette période j’étais inquiète pour mes cheveux abîmés et quand j’ai lu des recommandations d’un coiffeur pour soins de cheveux alors j’ai pris la décision d’aller essayer et j’ai pas regrettée je suis très satisfaite et mes cheveux sont maintenant en bonne santé

  • Debbie
    juillet 30, 2019

    Lorsque j’étais ado, mes cheveux étaient long jusqu’aux fesses. Puis mon papa, coiffeur m’a proposé de me mecher les cheveux. J’ai fait ça pendant des années.

    Il y a maintenant quelques temps, j’ai décidé d’arrêter les mèches. J’ai suivi quelques conseils pour les avoir plus long et cela a marché jusqu’à à un certain point.

    Mes cheveux sont devenus plus cassant qu’à l’accoutumé et je les perds par poignée 😔

    Une collègue togolaise m’a recommandée d’appliquer chaque jour de l’huile d’amande douce sur le cuir chevelu. Et de me faire un masque 2 fois par semaine avec de l’avocat, un œuf du miel et une goutte de citron.

    Je ne sais pas si cela va marché. Mais si ce n’est pas le cas, je pense que je vais arrêter les soins, appliquer un shampoing doux et m’en contenter.

    Je commence à désespérer 😔

    Par contre qu’est ce que les bains d’huile ?

  • Chassang
    août 16, 2019

    Bonjour,
    Je me suis retourné dans la description de vos cheveux avant votre virage au naturel. De suite après le shampoing+soins hydratant mes cheveux sont hydraté le lendemain les pointes et longueurs sont déjà en manque d’hydratation et assez terne. j’ai également plein de petites repousses sur la Surface de mes cheveux. Je ne sais pas trop par où commencer j’ai les cheveux ondulé mi-long et je rêve d’avoir ta chevelure. Si jamais je suis preneuse de conseil et de produits à tester pour l’instant j’utilise la bio esthétique.

    Ton blog est une très belle découverte merci pour tout ses précieux conseils.

    Merci pour tout 😊
    Bonne continuation

  • chamane
    août 19, 2019

    chère Chassang
    la description que vous faites me fait penser à un manque d’ hydratation: le produit hydrate, mais l’ eau peine à pénétrer une fois le séchage effectué
    là, un test simple: mélanger une cuillère à café de yaourt à votre shampoing et, pour sceller l’ hydratation quelques gouttes d’ huile ( de table, ça le fait) dans les mains mouillées; passer sur les longueurs aprés la serviette
    les repousses sont normales: c’ est le renouvellement des cheveux tombés en fin de cycle; on peut en atténuer le  » dressage » au moyen d’ un aprés shampoing contenant un quat ( XXXium) mais non numéroté, et surtout pas un polyquaternium

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *